Scrum vs Kanban vs Scrumban. Quelle méthode Agile adopter ?

Scrum vs Kanban vs Scrumban. Quelle méthode Agile adopter ?

This post is also available in: English (Anglais)

Les méthodes Agiles permettent une nouvelle approche dans la conception et la réalisation de vos projets.

Aujourd’hui, il y a un “effet tunnel” à chaque phase de conception. Jusqu’à la remise du projet au client, l’équipe chargée du développement suit sa route de manière linéaire avec peu d’interaction utilisateur ou client, au risque de mauvaise compréhension et d’un résultat décevant. C’est ce que les méthodes agiles peuvent vous permettre de changer.

Ces méthodes ont en commun de s’appuyer sur des outils visuels (avec les fameux tableaux à post-it), de valoriser la transparence et la collaboration des équipes pluridisciplinaires. Rester ouvert aux modifications de projet est aussi un changement d’approche fort. L’état d’esprit des méthodes agiles est que vous arriviez à satisfaire la demande de votre client à force d’itérations, et non que vous suiviez tête baissée un cahier des charges initial.    

Il existe trois méthodes Agiles majeures, qui peuvent avoir des objectifs et des outils communs, mais qui diffèrent dans la méthodologie employée. Si on les classe par ordre de popularité nous avons la méthode Scrum, le Kanban et la synthèse des deux : le Scrumban.

Je vous détaille ces trois méthodes dans la suite pour que vous puissiez vous faire une idée précise de leurs forces et faiblesses, et que chacun puisse tester ou adopter celle qui lui convient le mieux selon son activité et les besoins de son équipe.

SCRUM

La méthode Scrum (mêlée en anglais) est la plus célèbre des méthodes Agiles. S’il y a de fortes chances que vous ayez déjà entendu parlé de ce mode d’organisation, c’est parce que c’est la méthode la plus suivie de l’Agilité. La majorité des novices commencent par le Scrum qui a l’avantage d’être rassurant avec son organisation très structurée.

C’est l’approche la plus codifiée et la plus ritualisée. Il faut bien comprendre l’état d’esprit de la méthode et le garder à l’esprit. Pour vous aider, le Scrum prévoit d’attribuer un rôle spécifique au “Scrummaster”. C’est un membre de l’équipe qui est au service de l’équipe pour fluidifier les échanges internes. Il est chargé, entre autre, d’animer des réunions rétrospectives qui visent à faire progresser l’équipe.

C’est au niveau de l’organisation des acteurs et du respect du temps que le Scrum est très normé. Vous devrez porter une attention particulière aux réunions, qui sont en quelque sorte le support de la méthode. L’avancée du projet est rythmée par itérations de 1 à 3 semaines (sprint) qui permettent de réaliser des tâches précisément définies à l’avance. Un stand up meeting est prévu chaque jour pour faire un rapide point collectif. Une fois un sprint finalisé, vous vous focalisez sur l’objectif suivant à finaliser, dans un laps de temps toujours rigoureusement équivalent.

Le scrum est la seule des trois méthodes présentées aujourd’hui à suivre un rythme de cycles successifs. On appelle cela travailler en “flux poussé”. Ce système a la particularité d’être beaucoup plus efficient quand la feuille de route est clairement définie car il y a le moins possible de distraction pour l’équipe qui peut se consacrer pleinement à la réalisation de son travail.

Le déroulé par petits cycles successifs permet de rester souple et de pouvoir modifier le cap si nécessaire pour le sprint suivant. Cependant, il n’est pas question d’effectuer des changements une fois le sprint lancé. Utiliser la méthode Scrum vous contraint à attendre la fin de la boucle pour vous réorienter. La flexibilité n’est donc pas possible à chaque instant, mais entre deux cycles elle est fortement encouragée. Le Scrum est donc recommandé par exemple si vous avez un programme bien défini pour votre conception, ou si votre client est très directif pendant la conception de votre projet.

L’aspect très structuré de la méthode vous permet d’être cadré pour commencer, mais l’effet ressenti peut aussi être celui d’un carcan qui vous empêchent d’avancer à votre rythme. Cela ne dépend pas que du caractère de chacun, mais aussi du type de projet que vous menez.

Avantages

Suivre une méthode précise permet de s’adapter facilement à cette nouvelle organisation du travail, sans que vous ayez trop de questions à vous poser sur les moyens à mettre en oeuvre tout au long du projet.

Inconvénients

Vous manquez de rigueur ou vous peinez à faire entrer vos habitudes dans le cadre de la méthode Scrum et c’est l’échec probable. Pas de panique ! Les autres méthodes sont sans doute plus adaptées pour vous.

KANBAN

Le Kanban est destiné à ceux qui sont en confiance avec les principes Agiles et veulent s’essayer à une autre méthode que le Scrum. A ceux qui ont bien compris les principes Agiles et n’ont pas besoin/envie de tout le rituel qui va autour du Scrum, ou à ceux dont les projets sont plus adaptés à cette seconde méthode.

Le terme “kanban” signifie “étiquette” en japonais car la méthode trouve son origine chez les équipes de l’industriel Toyota. “Etiquette” fait référence à l’utilisation des Post-it dans les tableaux pour matérialiser l’avancement du projet. Le Kanban est moins formelle dans les procédures à suivre que le Scrum. L’utilisation de cet outil visuel est une des seules choses qui vous sera imposées.

Il n’y a pas de protocoles précis à respecter, ni de rendez-vous fixes et thématisés qui rythment le développement de votre projet. Le kanban vous épargne tous les à côtés un peu cérémonieux et dogmatiques du Scrum, à vous de vous organiser ! Vous pouvez par exemple tenir des stand up meetings quotidiens si ça vous parait nécessaire. Avec cette méthode il n’y a pas de rôles formalisés: c’est à votre équipe de s’auto-organiser pour favoriser les échanges et être efficace.  

L’approche du travail diffère également de la méthode précédente, car il n’est plus question que de travailler de façon séquencée avec les cycles courts, mais plutôt que de travailler en flux continu.

La méthode de travail traditionnelle fonctionne implicitement en “waterfall”; c’est à dire que l’on pousse les tâches à descendre d’étage en étage. Chaque niveau reçoit le résultat de l’étape précédente. Au contraire, avec le Kanban on tire les tâches. Pour ne pas subir le résultat de la phase qui vous précède, vous demandez ce dont vous aurez besoin.

Pour vous expliquer rapidement la méthode, je dirais que le tableau est le support du Kanban. Il est présenté sous la forme du “to do / doing / done” : une première colonne qui monte les tâches à effectuer, une seconde sur celles qui sont en cours, en une dernière qui réunit les tâches accomplies. L’objectif est d’éviter que des étapes moins efficaces ralentissent toute la chaîne. Il faut chercher à fluidifier toutes les étapes pour éviter les bouchons.

La règle du Kanban est de limiter le nombres de tâches en cours de réalisation selon les capacités de l’équipe. Cela a pour conséquence de focaliser entièrement l’équipe sur ses tâches qui doivent être intégralement résolues avant de passer à une suivante. Le Kanban a donc l’avantage de vous permettre de vous focaliser et d’unir les forces de votre équipe dans la résolution des problèmes que vous rencontrez.

Avantages

Cette méthode est encore plus flexible que le Scrum, elle permet de vous adapter aux changements de manière continue. La progression est plus fluide qu’avec le séquençage produit par les cycles à répétition du Scrum.

Le Kanban facilite l’adaptabilité et le suivi de projets qui ont une roadmap peu définie. Si vous menez des projets de maintenance ou d’intégration en continu de modifications, le Kanban est sûrement fait pour vous.

Inconvénients

Utiliser la méthode Kanban peut être un frein pour vos premiers pas dans l’Agilité car la méthodologie est peu formatée. Tous les membres doivent bien en avoir compris les principes Agiles et agir pour favoriser les échanges et les interactions.

Pour choisir une méthode Agile, il vous faut dans un premier temps vous pencher sur le travail et les tâches que vous effectuez. Le Kanban n’est pas fait pour tous les domaines, chaque méthode a ses spécificités propres. Il est plutôt efficace pour les travaux de supports ou maintenance et les projets qui évoluent rapidement

SCRUMBAN

Comme son nom l’indique, le Scrumban est la synthèse du Scrum et du Kanban. Cette méthode est moins répandue que ses deux précédentes. Elle cherche pourtant à prendre le meilleur de chacune, et nul doute qu’elle ne tardera pas à se populariser.

Si vous avez commencé avec le Scrum et que l’approche rigoureuse vous a plu mais que les projets que vous développez ne s’adaptent pas à l’approche cyclique, vous devez vous mettre au Scrumban.

De même, si les projets que vous menez sont adaptés à la résolution en flux continu du kanban, mais que vous souhaitez un cadre d’organisation pour votre équipe, le Scrumban est fait pour vous.

Le Scrumban a hérité de l’approche codifiée du Scrum. Une attention toute spéciale portée au temps avec des réunions rituelles pour rythmer le projet et régulièrement la présence du client. Aussi des points pour améliorer la méthodologie employée. On retrouve donc des rôles et des temps très définis dans cette organisation rigoureuse.

La méthodologie de travail du Scrumban est, elle, héritée du Kanban. Le principe est toujours le même avec le tableau “to do / doing / done” comme support central. Il y a les tâches à effectuer, celles qui sont en cours de réalisation, et les dernières qui sont résolues. Pour un travail plus efficace, il faut éviter d’être ralentis par des étapes qui font embouteillage. L’astuce du Kanban est de limiter ces tâches en cours d’exécution (par exemple deux étiquettes maximum dans la colonne “doing”). L’équipe est focalisée entièrement sur ces deux tâches jusqu’à leur résolution. Vous tirez les tâches au lieu de les pousser pour que l’étape précédente corresponde à vos attentes.

Avantages

Comme pour le Kanban, l’adaptabilité maximum est mise en avant par rapport à la méthode Scrum. Dans le Scrumban, vous pouvez effectuer des changements à chaque moment de manière immédiate puisqu’il n’y a pas de sprints à respecter.

Le Scrumban et le Kanban ont la même approche, il n’y a que le cadre qui diffère. En ayant le choix entre ces deux méthodes, vous pouvez choisir celle qui propose un cadre et un cérémonial (le Scrumban), ou celle qui laisse votre équipe s’autogérer (Kanban).

Inconvénients

Cette méthode est le résultat de l’union des deux précédentes, avec pour objectif de prendre le meilleur de chacune. Si l’auto organisation de votre équipe vous paraît plus intéressante, direction le Kanban ! Et, si la méthode en flux tiré ne vous paraît pas adaptée à votre activité, mais que la distribution des rôles et l’organisation des échanges vous plaît, direction le Scrum !

Conclusion

Si vous voulez faire vos premiers pas dans les méthodes Agiles et chercher par où commencer, il faut indéniablement que vous regardiez vers le Scrum. C’est avec celle-ci que commencent la plupart des gens pour apprendre à penser Agile et s’imprégner des valeurs.

Si le Scrum ne vous convient pas, vous devez essayer le Kanban. Cette méthode propose une approche dont l’adaptabilité aux changements est supérieure, et elle est plus flexible au niveau des rituelles.  

Le Scrumban est la synthèse des deux, l’alliage de la rigueur de l’approche et du travail en flux continu, plus approprié si les changements de directions sont nombreux et variés.

Dans tous les cas, il faudra surtout savoir choisir la méthode la mieux adaptée aux types de projets que vous menez et à la maturité de votre équipe dans la collaboration.